Top 10 des films de Jim Carrey

16930696_1160042244094263_1888952062_o
Ce mois-ci, nous nous intéressons à celui qui se fait appeler l’homme aux mille visages. Mille visages certes, mais aussi mille rôles, mille nominations, mille récompenses, mille compagnes… Il est donc difficile de définir et cerner cet acteur hyperactif. Ce qui est certain, c’est qu’il a contribué aux incontournables de la comédie américaine. Nous vous présentons donc une liste (non exhaustive cela va de soi) quelques films qui ont fait la renommée et qui témoignent du talent de Jim Carrey.

1. Eternal Sunshine of the spotless mind
Ce film de Michel Gondry nous présente l’acteur sous un aspect que son début de carrière n’avait pas laissé présager. Eternal Sunshine of the Sotless Mind est un des rares films où nous découvrons un Jim Carrey calme, introverti et sérieux, même déprimé.
Son personnage, Joel, contacte l’inventeur du procédé Lacuna, le Dr. Mierzwiak, pour qu’il l’aide à retirer de sa mémoire tout ce qui lui rappelait son amour pour Clementine (Kate Winslet), car il ne voit plus que le coté négatif de leur relation. Deux techniciens s’installent à son domicile afin de procéder à l’effacement. Les souvenirs commencent à défiler dans la tête de Joel, des plus récents aux plus anciens, et s’envolent un à un, à jamais. Il réalise alors les raisons de son amour pour elle et entame un combat contre le processus.

2. The Truman Show
A mi-chemin entre drame et comédie, ce film critique la société audiovisuelle dans laquelle nous vivons. Le réalisateur, Peter Weir, réussi à meler le film populaire et grand public au film d’auteur, en traitant un sujet très sérieux avec humour et légèreté. Jim Carrey fait donc preuve de son talent en passant d’un registre léger dont il a le secret à un personnage tourmenté, illustrant les multiples facettes de son jeu.
Truman Burbank (Jim Carrey) habite dans un pavillon de la station balnéaire de Seahaven. Il part tous les matins à son bureau d’agent d’assurances dont il ressort chaque soir pour regagner son foyer modèle, et retrouver la bonne humeur et le sourire de sa femme, Meryl. Mais Truman se sent de plus en plus étranger, étouffé par sa vie si parfaite, comme si son entourage jouait un rôle. Il se sent observé.

3. The Mask
Si on vous dit Jim Carrey, vous nous répondrez quasi forcément The Mask. Ce filme de 1994 a contribué à sa gloire. L’inspiration « cartoonesque » de ce film se prête à merveille au jeu de l’acteur.
Stanley Ipkiss, est un modeste employé de banque, passionné par l’univers de Tex Avery. Un jour, il trouve un masque ancien aux pouvoirs surnaturels. De nature réservée, très peu sur de lui, c’est un homme médiocre. Lorsqu’il revêt ce masque, il devient une créature verte, sûre d’elle et charmante. Il ne sait alors s’il préfère ce « monstre » ou s’il ne souhaite pas plutôt rester le timide Stanley, incapable d’aborder la magnifique chanteuse de cabaret Tina Carlyle (Cameron Diaz).

4. Bruce tout puissant
Qui de mieux pour interpréter le protagoniste d’une comédie burlesque comme celle là ? Les gags s’enchainent, c’est la recette classique de la comédie américaine, dont on pourrait se lasser. Mais grâce au jeu inimitable de l’acteur et la puissance comique qu’il dégage, nous passons un moment drôle et divertissant et on ne se lasse pas du duo qu’il forme avec l’illustre Morgan Freeman.
Bruce Nolan est reporter de renommée et aimé par une femme charmante (Jennifer Aniston). Pourtant, il est constamment de mauvaise humeur. Un jour où tout se passe mal pour lui, Bruce s’emporte et se met en colère contre Dieu. Mais celui-ci l’entend et décide de descendre sur Terre. Dieu met au défi le reporter : il lui lègue les pouvoirs divins pendant une semaine et charge Bruce de faire mieux que lui. S’il échoue, il entraînera l’apocalypse.

5. Les Désastreuses Aventures des orphelins Baudelaire
Avant d’être la nouvelle série Netflix, les romans avaient été adaptés au cinéma en 2004. Une grosse production avec Jim Carrey en Comte Olaf, aux cotés de qui nous trouvons Jude Law ou encore des figures du cinéma comme Meryl Streep. Dans le film, Jim Carrey est grimé en vieil homme effrayant, comme nous pouvons le voir également transformé dans Le drole de Noël de Scrooge ou encore dans Le Grinch. Dans ce film, les transformations physiques de l’oncle Olaf traduisent à merveille l’aspect Caméléon du jeu de Jim Carrey.
Trois enfants, Violette, Klaus et Prunille sont élevés par des parents extrêmement gentils qui disparaissent dans un horrible incendie. Désormais orphelins et à la tête d’une immense fortune dont ils ne pourront jouir qu’à la majorité de Violette, les trois enfants sont placés chez divers membres de leur famille. Mais la richesse des enfants a attiré l’attention du comte Olaf, un parent éloigné, acteur et maître du déguisement.

6. Le Grinch
Comme dit précédemment, l’image de Jim Carrey a été modifiée lors de plusieurs films notamment celui du personnage du Grinch. Méconnaissable en apparence, on ne tarde pas à reconnaître l’acteur à travers ses mimiques identifiables dans toutes les conditions. Film de Noel classique, il est connu de tous les enfants, qui l’ont aimé ou en sont restés traumatisés…
Le Grinch est un croque-mitaine de poils verts, misanthrope exilé, qui vit depuis 53 ans dans une grotte sur le mont Crumpit avec son chien Max et a un cœur trois fois trop petit pour aimer qui que ce soit. Mais une petite fille, Cindy Lou, souhaiterait en savoir plus sur lui et s’en va frapper à sa porte. Après avoir cherché à lui faire peur, ému malgré lui par tant de sollicitude, le Grinch prend le risque de descendre à Whoville et de se mêler aux habitants. Hélas, la soirée tourne au cauchemar et le Grinch regagne son antre, bien décidé à se venger.

7. Ace Ventura, détective chiens et chats
Si l’on vous disait que dans ce film, nous assistons à du grand Jim Carrey, ce serait minimiser la situation. En effet, dans ce film, nous assistons à une explosion de Carrey à l’écran. L’acteur est plus hystérique que jamais et ses mimiques s’en voient décuplées. Certains lui reprochent, dénonçant une caricature de lui-même, d’autres crient au génie de l’acteur et à l’énergie qu’il dégage.
Ace Ventura, un jeune homme décontracté à la banane capillaire et à la démarche élastique, est le Sherlock Holmes des canidés. Le voici à nouveau sur les dents quand le dauphin Flocon de neige, la mascotte de l’équipe de football américain de Miami, manque à l’appel. Il se lance alors dans une profonde et très sérieuse enquête.

8. Yes man
Jim Carrey dans une comédie romantique ? Oui, absolument. Mais cela change par conséquent un peu l’angle d’approche du romantique. Ce film nous offre une jolie leçon de vie, d’optimisme et de lâcher prise.
Carl Allen est au point mort dans sa vie. Un jour il s’inscrit à un programme de développement personnel basé sur une idée simple, il suffit de dire oui à tout. Carl hésite puis découvre avec le pouvoir magique du « Yes », et voit sa vie bouleversée du jour au lendemain : une promotion inattendue, une nouvelle petite amie, de nouveaux amis, une estime personnelle… Mais peut-être n’est-ce pas une très bonne idée de dire oui à tout sans réfléchir avant.

9. Dumb et Dumber
Point d’interrogation sur la carrière de Jim Carrey. Qu’est-ce que c’est que ce film ? Chef d’œuvre incompris ? Navet historique ? Les avis sur ce film sont controversés. La réponse est dans le titre : stupide et encore plus stupide. C’est un film de plus dont Jim Carrey a le secret : on retire sont cerveau pendant une heure et demie et on rit. Nous émettons cependant une légère réserve sur le deuxième volet sorti 20 ans après et qui n’était peut-être pas nécessaire.
Après un malentendu à l’aéroport, Lloyd et Harry, deux amis un peu moins intelligents que la moyenne (c’est peu dire) spécialistes de l’élevages de lombrics, partent à la recherche de Mary qui semble y avoir oubliée sa valise. Mais, ils se retrouvent au centre d’un complot qui va les emmener très loin.

10. Le nombre 23
Pour finir, nous avons décidé de vous ajouter un petit bonus. Jim Carrey dans un thriller. S’il est vrai que le spectateur doit oublier tout ce qu’il connaît de l’acter pour pouvoir se plonger dans l’histoire, une fois que c’est fait, cela vaut le coup. Jamais on n’a vu l’homme aux mille visage en porter un aussi sombre. Les adeptes de théories du complot risquent d’apprécier ce film.
Walter menait une vie paisible, jusqu’à ce qu’il découvre un étrange roman, Le Nombre 23. D’abord intrigué par ce thriller, Walter s’aperçoit rapidement qu’il existe des parallèles troublants entre l’histoire et sa propre vie. Peu à peu, l’univers du livre l’envahit jusqu’à l’obsession. Comme Fingerling, le détective de l’histoire, Walter est chaque jour plus fasciné par le pouvoir caché que semble détenir le nombre 23. Ce nombre est partout dans sa vie, et Walter est de plus en plus convaincu qu’il est condamné à commettre le même meurtre que Fingerling. Des images se mettent à le hanter, celles du terrible destin de sa femme et d’un de leurs amis. Ce n’est qu’en découvrant le secret du nombre 23 que Walter aura une chance de changer son destin.

Pour conclure, il est donc certain que Jim Carrey n’est pas simplement un clown, meme s’il a joué et qu’il est reconnu pour ses nombreuses comédies et ses mimiques burlesques. Mais ce top nous prouve que sa palette est bien plus large que ce qu’on peut penser et qu’il mérite bien son nom d’acteur aux mille visages. Il faut savoir qu’il est également scénariste, réalisateur, producteur, chanteur, et inspirateur de memes.

 

-Enola

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s