Ghost in the Shell

ghost_in_the_shell

Réalisateur du manga animé : Mamoru Oshii 

Réalisateur film : Rupert Sanders avec comme acteurs principaux : Scarlett Johansson, Pilou Asbaek, Takeshi Kitano et Michael Pitt  

En Mars 2017 une adaptation de manga mythique sortira en film dans les salles : Ghost in the Shell. C’est d’abord un souvenir d’enfance, l’arrivée chez nous de l’animé dans la collection Manga Vidéo. C’était un peu après Akira. Un peu avant Miyazaki

Ghost in the Shell est un film d’animation de Mamoru Oshii sortie il y’a plus de 20 ans. Il s’agit d’une adaptation cinématographique de la bande dessinée du même nom de Masamune Shirow. Il existe au total 3 bandes dessinés ce qui a lancé par la suite 4 films d’animations, 3 séries d’animations ainsi que différents jeux.

Tout d’abord il est important de connaître l’histoire et l’univers de ce manga de base, qui date quand même de 1995 ! Ghost fait référence à l’esprit, à l’âme humaine, c’est ce qui fait la différence entre les robots et les humains. Alors que Shell fait référence à l’enveloppe humaine robotisée, et aussi au programme ou encore au système (shell informatique) dans lequel le ghost peut être inclus. C’est donc justement dans ces corps robotisés que l’esprit est inséré. Les personnages possèdent des branchements au niveau du cou, afin d’accéder à tout le réseau directement.  Ce qui permet de faire le lien entre la personne et l’extérieur, pour les connexions réseaux.

L’histoire se déroule dans un monde futuriste cyberpunk en 2029, et nous fait suivre les aventures de deux cyborgs : Motoko Kusanagi, appelé « major », et Batou de la section 9, une unité spéciale du gouvernement. Dans un avenir où l’âme humaine (le ghost) peut être piraté comme un simple ordinateur, cette section anti-terrorisme japonais, enquête sur le pirate informatique le plus dangereux et insaisissable au monde, connu seulement sous le pseudonyme de Puppet master (« le marionnettiste »). Cette traque se fait sur un fond de guerre avec la section 6, qui s’intéresse elle aussi au Puppet master dans le cadre d’un projet mystérieux, le « projet 2501 » qui aurait été lancé par le gouvernement.

Au niveau du contexte, ce film d’animation bâtit son intrigue sur un complexe socio-politique très présent. Oshii, fidèle à lui-même, maîtrise l’agencement des atmosphères comme peu sauront le faire après lui. Il utilise les lumières et les couleurs pour retranscrire des ambiances comme par exemple : des reflets bleutés glacés et de noirs d’encre afin de créer un environnement plus sombre. Les différentes scènes qui nous montrent la ville sont magnifiques. Leurs enchaînements nous donnent une sensation étrange qui nous détache des individus qui la constituent.

Le réalisateur nous offre jusqu’à son dénouement des scènes d’actions fluides, soutenues par une animation de qualité, très nette et soignée. L’aspect philosophique du film apporte une réelle consistance au récit. Plusieurs thèmes classiques de la science-fiction sont abordés, tel que les rapports entre les hommes dans une société robotisée. Mais le thème principal, abordé tout au long des œuvres de Masamune Shirow, est le suivant : qu’est-ce qu’être humain ?

Ghost in the Shell est peut-être l’une des dernières œuvres en date qui créent vraiment du mythe technologique avec finesse et perspicacité. Le conte de la recherche intérieure, de l’œil vers l’abîme est exceptionnel, l’un des rares qui fera définitivement date, l’un des rares qui créera réellement quelque chose.

Concernant cette prochaine sortie, il faut également savoir qui est le réalisateur.  

Il s’agit de Rupert Sanders, un réalisateur anglais né le 15 janvier 1971 à Westminster. Le jeune cinéaste a débuté sa carrière en réalisant des courts métrages et des publicités pour la télévision. Il réalise son premier long métrage « Blanche Neige et le chasseur » en 2012, dans lequel il met en scène Kristen Stewart et Charlize Theron. Même si le film rencontre un succès commercial, on s’aperçoit vite qu’une épaisse couche d’effets spéciaux ont noyé la poésie et la subtilité de l’histoire originale, et l’ont rendu un peu longue.

C’est à la suite de son adaptation du compte des frère Grimm que Ruppert a été choisis, pour réaliser ce dessin animé japonais sous forme de film.

Scarlett Johansson jouera le rôle principal du major. Cela peut être un risque, puisqu’elle a déjà joué un rôle et une histoire semblable : Lucy dans le film de Luc Besson ! Cela peut rendre l’histoire un peu rébarbatif, surtout s’il y’a une quantité d’effets spéciaux et de combats.

Dans la bande annonce du film on remarque des passages, des scènes qui ont été rajouté, notamment lorsque l’on voit le major embrasser une femme, ce qui n’est pas présent dans le film de 1995 mais dans la série.

Cependant des vidéos sont sorties montrant les efforts fait par le réalisateur afin de réaliser des scènes identiques à l’animé : https://www.youtube.com/watch?v=bDVNilYWHV0

Il ne nous reste plus qu’à espérer que le réalisateur produise une bien meilleure adaptation cinématographique qu’à son 1er essai. Si le réalisateur arrive à allier la poésie et la philosophie originale de l’histoire avec la modernité des effets spéciaux, il pourrait très bien réaliser un chef-d’oeuvre.

C’est pourquoi j’attends impatiemment sa sortie. Sera-t-il à la hauteur des espérances des fans du manga ou se transformera-t-il en un vulgaire film d’action ?

 

– Elisa

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s