Roméo + Juliette

r+J

Vous connaissez tous la fameuse histoire d’amour de Roméo et Juliette, mais avez-vous déjà vu l’adaptation de Baz Lurhmann ? Si vous ne l’avez pas encore visionné,  il va falloir remédier à cela.

Pour reprendre rapidement l’histoire du film : Verona Beach, à Los Angeles, voit s’affronter deux familles ennemies : les Montaigue et les Capulet. Le destin de Roméo et Juliette se joue à l’occasion d’un bal donné chez les Capulet. Roméo et ses cousins s’introduisent à la fête, et c’est alors que les amants maudits succombèrent aux charmes de l’autre. Ils se lancent alors dans une histoire d’amour interdite et dangereuse. Cette histoire a inspiré le monde entier, et est encore très présente aujourd’hui dans la société.

Ici, l’histoire est racontée dans une société beaucoup plus moderne, mais conserve le texte original, et reste celle imaginée par le célèbre écrivain anglais. On intègre un univers dans lequel les habits d’époque ont laissé place aux tee-shirts et aux chemises hawaïennes, aux berlines américaines et aux armes à feu. On est ancré dans une rivalité de familles, similaire à un conflit de gang, s’affrontant sans relâche et empêchant donc cette liaison amoureuse de voir vraiment le jour, conduisant même à la perte de ces jeunes amants.

C’était un pari risqué, mais un pari réussi : les acteurs interprètent avec brio les personnages shakespeariens. Claires Danes alias Juliette vient apporter de la douceur au personnage et se marie très bien avec un jeune Leonardo Dicaprio qui se révèle au monde. Baz Lurhmann a su réussir son adaptation mais aussi à imposer son style dans la réalisation. En effet, on alterne entre des scènes calmes (les scènes entre Roméo et Juliette), et des scènes presque dégantées avec des altercations, des images très rythmées et hautes en couleurs et en mouvement. On retrouve même un aspect burlesque qui sera surtout présent dans son prochain film Moulin Rouge. Ici, les scènes sont très visuelles et sont, au final, aussi importantes que les dialogues.

La musique, elle, est tout simplement sublime : elle vient parfaitement rythmer les scènes. Ce sont des musiques adaptées à la société dans laquelle l’histoire est racontée. La musique s’adapte aussi aux personnages. En effet, on peut le voir dans la scène de la salle de bain, où Roméo et Juliette s’aperçoivent pour la première fois. La musique Kissing you de Des’ree permet de concentrer l’attention sur eux, les personnages autour n’existe plus, il n’y a plus que Roméo, Juliette et nous. Baz Lurhmann arrive à nous faire voir ce qu’il veut, à nous faire ressentir ce que vivent les personnages.

Un film construit avec brio qui n’est pas apprécié de tous, mais un petit bijou malgré tout ! A vos mouchoirs !

Ici je veux fixer mon éternel demeure et soustraire au joug d’adverses étoiles cette chaire lasse du monde. Mes yeux un dernier regard, mes bras un dernier baiser, vos lèvres portes de l’âme humaine scellées d’un baiser légitime votre éternel pacte avec le sépulcre.

 Shakespeare

-Anouchka

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s