Freaks and Geeks

Freaks-Geeks

Freaks and Geeks est une série télévisée américaine de 18 épisodes d’environ 42mins chacun, créée par Paul Feig. Elle a été diffusée entre le 25 Septembre 1999, et le 8 Juillet 2000 sur NBC, qui décidera rapidement de son annulation, faute de succès. Elle est, de nos jours, devenue culte.

La série s’articule autour de la vie de Lindsay Weir et de son petit frère Sam, tous deux scolarisés au lycée McKinley dans le Michigan l’année 1980-1981. Le spectateur suit le parcours de deux bandes opposées, les « Freaks », les bad-boys fumeurs et rockeurs du bahut, et les « Geeks », passionnés de Science-Fiction, plutôt doués dans toutes les matières, boucs émissaires et terriblement mauvais en sport.

L’épisode 1 débute juste après que Lindsay, marquée par le décès de sa grand-mère auquel elle a dû assister seule, ait décidé de changer ses habitudes de vie d’élève « modèle » du lycée. Elle tente ainsi d’intégrer le groupe des « freaks », aidée par James Franco alias Daniel Desario, au grand dam de ses parents conservateurs et de sa meilleure amie scout Millie. Sam, quant à lui, fait partie des « geeks », avec ses amis Bill Haverchuck et Neil Schweiber.

L’évolution sociale de Lindsay et Sam se fait au fil des épisodes, dans une Amérique profondément rock’n’roll. On notera néanmoins que la série ne sombre jamais dans des clichés patauds et superflus. Le spectateur assiste aux amourettes, disputes, et divers problèmes des personnages principaux avec délectation, et s’identifie facilement aux protagonistes, tous plus attachants les uns que les autres grâce à la performance très naturelle des acteurs (on retrouve d’ailleurs les très connus Seth Rogen et James Franco). Les dialogues sont souvent croustillants, et la réalisation simple et propre.

La BO, excellente, est alimentée par des titres de groupes mythiques tels Grateful Dead, Kiss, Deep Purple, Jethro Tull, ou encore Van Halen… Les références à Pink Floyd, Led Zepp’, ou encore Black Sabbath fusent, et résonnent comme un hymne au genre, sous toutes ses formes et déclinaisons. Cette BO, c’est à la fois un plaisir pur pour les oreilles, un moyen d’ancrer les divers évènements dans un cadre spatio-temporel cohérent, mais aussi une manière de comprendre les motivations et aspirations des différents personnages et de s’y attacher.

En bref, on saluera la qualité de cette série qui, si elle n’a pas connu le succès dont elle aurait dû être couronnée lors de sa diffusion, n’en est pas moins devenue culte de nos jours, étant souvent même citée dans les classements des meilleures séries des 25 dernières années.

Une petite citation pour la route :

 Rock don’t come from your brain. It comes from your crotch !

-Céline

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s