Shameless

shameless

Shameless : série télévisée américaine crée en 2011.inspiré de la vie de Paul Abbot

Avec :Emmy Rossum, William H.Macy, Jeremy Allen White,Ema Kenney Ethan Cutkosky,Cameron Monaghan.

Cette série nous raconte l’histoire de la famille Gallagher, qui habite dans un quartier défavorisé dans la banlieue de Chicago. Le père Franck est alcoolique et chômeur, et Fiona, vingt ans élève seule ses frères et sœurs : Debbie, Philip, Ian ,Carl et Liam puisque leur mère, Monica, les a abandonnés. Nous suivons la vie de cette famille, mouvementée par différents problèmes, dont le plus gros reste leur père.

A chaque début d’épisode, un personnage différent s’adresse à nous. Cela nous inscrit directement dans la narration. Nous avons alors le sentiment d’être un personnage important de l’histoire, de faire partie de la famille. De plus, Shameless est majoritairement tourné en caméra à l’épaule. Nous sommes à la place de la caméra, nous partageons tout avec eux. Nous assistons à chaque événement, quel qu’il soit. La caméra à l’épaule rajoute un effet de désordre, de brouillon, un effet constant de mouvement, ce qui s’accorde avec la situation de la famille. La maison n’est jamais calme, et c’est ce que le réalisateur veut nous faire ressentir en utilisant cette façon de filmer.

L’autre point fort de cette série : les personnages. Leurs dialogues sont crus, grossiers, parfois choquants, avec beaucoup d’humour noir, c’est ce qui fait l’atout de cette famille. Ce sont des personnages ordinaires que nous pourrions rencontrer, et c’est la raison pour laquelle, nous nous attachons davantage à eux. En effet, nous ne les prenons pas en pitié, nous avons de la compassion pour eux, puisque c’est avant tout une famille soudée. Les acteurs nous transmettent des émotions diverses, qui nous touchent.

La qualité de cette série est le passage maîtrisé d’un ton à l’autre. En effet, une scène peut débuter burlesque et se terminer mélancolique, sans que cela ne choque le spectateur. Il se retrouve alors troublé.  Le montage parallèle utilisé dans la série, accentue cette perturbation.Il alterne entre différentes situations, sans liens entre les scènes, sans phases d’adaptation pour le spectateur. Le montage est rapide et souvent en « cut » à l’image de la vie de la famille au quotidien, sans cesse en action. Nous sommes constamment étonnés, surpris par la tournure que prennent les événements.

Cette histoire aborde des sujets forts comme l’alcoolisme, la drogue, l’homosexualité ou encore le vol. Chaque personnage n’est jamais tout blanc ou tout noir.

Shameless n’est peut-être pas considérée comme une série époustouflante, mais elle reste néanmoins pleine de rebondissements et devient très vite passionnante.

-Angélique

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s