Top 10 des films qui ont marqué l’année 2014

Films2014

En ces premiers jours de l’année 2015, l’heure est au flashback. L’occassion de se remémorer les films qui ont marqué l’année précèdente. Une année qui a été jonché de succès entre comédies, films fantastiques, dessins-animés et blockbusters. En effet, 2014 a été marqué par la sortie de grands films. On citera notamment deux biopics sur la vie du grand couturier Yves Saint Laurent, à la consécration de Xavier Dolan au dernier festival de Cannes en passant par un film d’animation sur nos très chers ancêtres Gaulois, autant dire que 2014 a été un bon cru ! Aujourd’hui, l’équipe Bobine&Clap revient sur les 10 films marquants de l’année.

12 Years a Slave, le 22 janvier 2014 : Histoire d’un jeune musicien Afro-Américain libre et père de famille, kidnappé et réduit à travailler pendant douze ans comme esclave dans des champs de coton, en Louisiane. Steve McQueen, le réalisateur a réussi le pari de montrer le calvaire de l’esclavagisme avec un réalisme cru. On relévera également le jeu brillant de l’acteur principal Chiwetel Ejiofo et de Michael Fassbender dans le rôle de l’esclavagiste alcoolique.

Qu’est-ce qu’on a fait au bon Dieu, le 16 avril 2014 :  Le film français  a fait un réel carton avec Christian Clavier, Chantal Lauby et Ary Abittan, Qu’est-ce qu’on a fait au bon Dieu a battu des records en France (plus de 12 millions de spectateurs). Ce film est une comédie familiale sur le racisme qui raconte l’histoire d’une famille française « bien comme il faut » à savoir, blanche, catholique, bourgeoise, de Chinon, MAIS dont les 4 filles vont épouser un Arabe, un Juif, un Chinois et un Noir… de quoi offrir des scènes hilarantes!

Deux jours, une nuit, le 21 mai 2014 : C’est sans aucun doute le drame de l’année 2014, c’est une histoire des frères Dardenne sur l’exclusion sociale en temps de crise. Pour incarner cette fable sociale, ils ont confié le premier rôle à la Française Marion Cotillard, qui joue Sandra, l’héroïne fragile et éblouissante du film.

Boyhood, le 23 juillet 2014 : Signé Richard Linklater, Boyhood a marqué les esprits. Le réalisateur a filmé ses acteurs sur douze ans, à raison de quelques jours chaque été. Il est parti de l’histoire d’un petit garçon de six ans, interprété par Ellar Coltrane, et de sa famille. Il les a ensuite filmés chaque année jusqu’aux 18 ans du garçon, pour un tournage qui s’est déroulé entre 2002 et 2014. On entendra certainement encore parler de Boyhood puisque le film est très bien placé dans la course aux Golden Globes.

Yves Saint-Laurent, le 8 janvier 2014 et Saint-Laurent, le 24 septembre 2014: C’est peu dire que l’histoire du grand couturier a inspiré les réalisateurs cette année puisque deux versions de son incroyable destin se sont affrontées dans les salles. Jalil Lespert a livré au début de l’année sa vision du personnage, approuvée par l’entourage du couturier, avec Pierre Niney dans le rôle-titre. Quant au film de Bertrand Bonello, cette fois avec Gaspard Ulliel, il a apporté une vraie fraîcheur au style biopic.

Mommy, le 8 octobre 2014: Avec Mommy, son cinquième film en cinq ans, Xavier Dolan a plus que jamais imposé sa « patte ». Le jeune réalisateur s’est surtout fait remarquer à Cannes, en décrochant le Prix du Jury ex-aequo avec L’Adieu au Langage de Jean-Luc Godard. 2014, c’était un peu l’année Dolan.

Interstellar, le 5 novembre 2014: Avec Interstellar, Christopher Nolan nous en a mis plein la vue. Le film suit les aventures d’un groupe d’explorateurs qui tentent de repousser les limites de l’humanité en utilisant une faille dans l’espace-temps. Ils vont partir à la conquête de distances astronomiques. Une partie de la critique souligne la faiblesse du scénario, mais côté esthétique et effets spéciaux, on a été servis. Christopher Nolan a offert quelques scènes de vols époustouflantes, pour un grand voyage « interstellaire ».

Hunger Games – La Révolte : Partie 1, le 19 novembre 2014 : L’incontournable Hunger Games 3 n’est autre que l’adaptation du dernier tome de la trilogie de Suzanne Collins, mais la production a décidé d’en faire deux films. Cet avant-dernier volet relate la révolte du peuple opprimé, avec Jennifer Lawrence en Katniss Everdeen, une adolescente qui vit au cœur d’un monde futuriste et totalitaire.

Astérix – Le Domaine des Dieux, le 26 novembre 2014 : Uderzo a de quoi être bluffé car le célèbre Gaulois, Astérix, a été adapté par le dessin animé en 3D, concocté par Alexandre Astier, le créateur de la série télévisée Kaamelott  et par Louis Clichy, des studios Pixar. Le scénario est bien ficelé, efficace et communicatif. Une vraie réussite !

Le Hobbit : la Bataille des Cinq Armées, le 10 décembre 2014: Adaptée des romans de « fantasy » publiés par l’auteur britannique J.R.R. Tolkien, dès 1937. Avec ce dernier « Le Hobbit », Peter Jackson a mis un point final à la trilogie de Bilbo le Hobbit.

– Amin

Publicités

2 réponses à “Top 10 des films qui ont marqué l’année 2014

  1. Bonjour, je suis de retour, votre lecteur masqué, le choix n’est peut être pas discutable, puisque le titre de l’article est « Les films qui ont marqué l’année 2014 », par contre dans la liste, un film me gêne, soit par la manière de traiter le sujet, soit par la manière dont à priori il a été reçu par le public. Alors, oui, il a été marquant par le nombre de spectateurs, mais je n’en serai pas.

    • Merci à nouveau pour vos commentaires toujours très constructifs. Il est vrai que vous faites parti de nos plus fidèles lecteurs. Malheureusement nous ne pouvons pas plaire à tout le monde et comme on dit, « plaire à tout le monde, c’est plaire à n’importe qui » !
      Bonne journée à vous :)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s