Fruitvale Station

Réalisateur : Coogler Ryan

Acteurs : Octavia Spencer, Michael B. Jordan

Date de sortie : 1er Janvier 2014

6 prix et 13 nominations

Fruitvale Station est un drame poignant intense et profondément humain. Tiré d’une histoire vraie, ce film raconte l’histoire d’Oscar Grantes, jeune afro-américain de 22 ans et père d’une petite fille. C’est à Oakland, aux États-Unis que l’affaire avait fait grand bruit. Sorti avec sa femme et ses amis pour célébrer le nouvel an, Oscar Grant croise des agents de police dans la station de métro Fruitvale, à San Francisco. Il était loin de se douter que cette rencontre allait tourner au cauchemar. Interpellés de manière brusques, les agents de sureté (« blanc » de surcroît) deviennent violents avec le jeune homme. La scène est filmée dans son intégralité par deux passagers du métro pendant que d’autres témoins s’indignent du comportement abusif des forces de l’ordre. Dès lors, une émeute se déclenche, la vidéo est diffusée sur YouTube et c’est tout le pays qui s’embrase. Cette histoire nous rappelle celle de Rodney King en 1991 à Los Angeles, ou plus récemment l’affaire de Michael Brown  cette année à Ferguson.

Vous l’aurez compris, Fruitvale Station, est un film politique. Il met notamment en exergue une société américaine encore profondément inégalitaire. On y découvre une population américaine essentiellement jeunes issues des communautés noires ou hispaniques retranchées dans des ghettos aux périphéries des grands centres urbains. Sans repères ni diplômes, et touché de pleins fouet par le chômage, ces jeunes sont livrés à eux même et se laissent parfois tenter par les trafics illicites en tout genre. Ce décor sombre fait partie indéniablement de la société américaine et il est bien loin de l’image idéaliste que l’on se fait du pays de l’Oncle Sam. Pour son premier long métrage, le jeune réalisateur Ryan Coogler (27 ans), a su surprendre et frapper les esprits par une qualité de réalisation époustouflante… Pas étonnant que ce film ai plu outre-Atlantique, allant même jusqu’à remporter les prestigieux Prix du Jury et Prix du Public au dernier Festival de Sundance. En optant pour un point de vue très sentimental en mêlant images fictionnelles et images réelles, le spectateur ne peut se sentir que proche et complaisant à l’égard d’Oscar Grant. Ainsi, on s’attache aisément à ce personnage devenu responsable et sincère à la naissance de sa fille et ayant rompu avec sa vie antérieure de dealer. Un retour sur le droit chemin qui se justifie par le souhait de ce jeune père d’offrir à sa fille, le père qu’elle mérite.

 

Ryan Coogler : « Si des gens découvrent l’histoire d’Oscar Grant dans un journal, ils ne réagiront pas émotionnellement, mais en passant du temps avec lui dans un cinéma, vous aurez une réaction émotionnelle. Pourquoi réagissons nous ainsi ? Pourquoi ne pas nous préoccuper de ceux que nous ne connaissons pas ? »

– Amin

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s