Philadelphia

Réalisateur: Jonathan Demme
Acteurs: Tom Hanks, Denzel Washington, Mary Steenburgen, Antonio Banderas
Date: 1994

Philadelphia, sorti en 1993, est un film tiré d’une histoire vraie, qui nous replonge directement sur la discrimination envers les homosexuels et particulièrement les personnes atteintes du Sida.
Jeune avocat brillantissime, Andrew Beckett est en pleine apogée de sa carrière, il fait partie du cabinet de Charles Wheeler et collabore avec les avocats les plus réputés de Philadelphia. Mais voilà, sa vie prend un virage radicalement différent le jour où il apprend qu’il est contaminé du virus encore peu connu dans les années 90 : Le Sida.

Comment l’attrape t- on?
En respirant dans la même pièce d’un malade ? En serrant la main de ce dernier ?

Aujourd’hui nous savons comment se contracte ce virus dévastateur mais à l’époque comment la maladie était-elle perçue ? Eh bien: comme le « cancer des homosexuels » ou encore comme « la peste moderne ». Philadelphia traite de la déchéance sociale auquelle un malade est confronté, repoussé par la société.
Toms Hanks joue incroyablement bien le rôle d’Andrew, le jeune homosexuel, mais surtout passionné par le droit, la justice et l’égalité. Il défendra ses droits jusqu’à son dernier souffle aux côtés du célèbre avocat Joe Miller, extrêmement homophobe, interprété par Denzel Washington. On retrouve un binôme époustouflant!
Les deux acteurs épousent leurs personnages à merveille (en effet Toms Hanks a perdu 11 kilos au fur et à mesure de la progression de la maladie de son personnage) et c’est sûrement la raison qui permet la transmission de tant d’émotions aux téléspectateurs.

En effet, qui que vous soyez (cœurs de pierre inclus) il vous est impossible de rester insensible à ce drame. Soyez-en sûr, vous vous attacherez au personnage qui pourrait être un de vos proches !
Le réalisateur, Jonathan Demme , insiste fortement tout au long du film sur le très gros plan. Cette technique permet de lire directement la vie intérieure du personnage, ses émotions, et ses réactions les plus intimes nous submergent d’émotions. L’intensité des regards et des communications para-verbales sont représentatifs de la puissance de ce film.

Pour ma part, le passage où Andrew écoute l’aria La MAMA MORTA tiré de l’opéra d’Andrea Chénier, est LA scène culte du film. Moment remarquable où on ressent  comme le personnage un sentiment de souffrance, d’apaisement et d’amour à la fois, juste indescriptible !

Enfin pour les plus curieux, l’intitulé du film « Philadephia » est une référence au paradoxe de la ville: symbole de tolérance d’une part et d’intolérance d’autre part vis-à-vis des personnes atteintes du Sida. Comme vous l’avez compris je vous conseille vivement ce film qui est une réelle leçon de vie et qui mérite réflexion !

– Stéphanie

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s