Chicago

Réalisateur: Rob Marshall
Casting : Renée Zellweger, Catherine Zeta-Jones, Robert Gere, Queen Latifah
Année : 2002

Changement de registre, je vous présente aujourd’hui un film musical, Chicago. Oubliez les navets à la High School Musical ou Camp Rock, Chicago est un film dans la même trempe que Moulin Rouge.

Donc, Chicago.  C’est l’histoire d’une fille un peu naïve (Roxie) qui rêve de devenir une star à Chicago. Mariée à un homme qui ne la touche plus, elle rentre dans le jeu de l’adultère et tombe sous le charme d’un homme influent. Celui-ci lui promet une vie de star avec lui à Chicago mais, très vite, les rêves de célébrité de Roxie volent en éclat. Folle de rage, elle tue son amant et est pour cela condamnée à la peine de mort.

Voilà, en quelques lignes on comprend l’univers dans lequel le film va évoluer, un Chicago sombre, brumeux, ou le jazz est roi et l’immoralité est encrée. Et en 10 minute l’intrigue est lancée. Après seulement un quart d’heure d’introduction nous voilà partis pour 1h30 de bataille pour que cette jeune femme sorte de prison et devienne une star.

Pour s’en sortir, l’héroïne fera appel à un avocat renommé (Billy Flyn) qui n’a jamais perdu un de ses procès. Le moins que l’on puisse dire c’est que cet avocat à tout compris sur comment innocenter quelqu’un : faire que les médias parlent d’elle, de prendre toutes ces procédures judiciaires comme un spectacle qu’il faudrait mettre en scène et où les jurés seraient les spectateurs. Il décide donc de lui préparer sa défense pour le procès et on va dire qu’il a été assez imaginatif. Et c’est là où l’immoralité agit. En fait, elle va essayer de ne pas se faire punir pour son crime, en devant la « star du barreau » car dans cette société, si les médias t’aiment, les jurés t’aimeront aussi donc un crime aussi horrible sera « pardonné ». Si on continue sur cette notion d’immoralité, il y a un autre fait marquant, c’est quand dans ce film, plus tu es un « taulard » aimé des médias plus « l’administration » te fait de faveur. C’est en fait une glorification du crime qui apparait dans ce film. Je m’arrête là car vous découvrirez tout ça en regardant le film.

Si Chicago a reçu 6 Oscars et 3 Golden Globes ce n’est pas pour rien. En effet, ce film est une pure merveille. La mise en scène et les décors sont magnifiques et nous transportes littéralement et directement dans l’univers des années 20. Quant à la trame, elle est parfaitement introduite par le fil conducteur, à savoir un pianiste noir de cabaret narrant l’histoire de Roxie Hart. Cette très bonne idée permet ainsi une fluidité essentielle pour ce type d’exercice.

De plus, ce film ne serait rien sans les interprétations des trois têtes d’affiche, Catherine Zeta-Jones (Velma) et Renée Zellweger (Roxie Hart) resplendissante dans leur rôle respectif et Richard Gere au top de sa forme dans l’interprétation de cette avocat cynique et sur de lui.

Je regrette quelques longueurs pendant le film et je trouve dommage que dans la version française du film les chansons soit en français et non VO même si cela permet de comprendre le film.

Chicago est donc un très bon film que je vous conseille vivement même pour ce qui ne sont pas fans de ce genre cinématographique.

– Guillaume 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s