Repo Men

Réalisateur : Miguel Sapckonick
Année : 2010
Acteurs principaux : Jude Law, Forest Whitaker, Alice Braga, Liev Schreiber, Carice van Houten

J’ai un boulot tout simple. Vous ne pouvez plus payez votre voiture : la banque la reprend. Vous ne pouvez plus payer votre maison, la banque la reprend. Vous ne pouvez plus payer votre foie, c’est là où j’entre en scène.

Les premières répliques annoncent l’atmosphère du film. Le scénario se construit de la façon suivante : dans un futur proche, les hommes sont parvenus à prolonger et améliorer la vie de leurs semblables à l’aide d’organes artificiels extrêmement sophistiqués et coûteux, élaborés par une société connue sous le nom de L’Union. Lorsque ces organes ne sont pas payés par les acheteurs, les « Repo men » interviennent quand les « greffés » ne sont plus à même de rembourser. Le film est tiré du roman The Repossession Mambo écrit par Eric Garcia, qui est un des scénaristes du film.

L’Union est une corporation qui a donc réussi à créer des organes artificiels humains et qui, grâce à elle, a permis une avancée scientifique incroyable dans le domaine de la biotechnologie. Evidemment, tout n’est pas si magnifique puisque l’entreprise se fait payer par les bénéficiaires sous forme de crédit bancaire, en adéquation avec les revenus de la personne, car se payer un organe vaut dans les 60 000 dollars. Au sein de l’entreprise, une hiérarchie simple fut mise en place. Nous avons l’employeur, Franck, interprété par Liev Schreiber ; les employés divisés en deux groupes distincts, tout d’abord les vendeurs qui mettent en place les contrats entre les bénéficiaires et la société, ils possèdent une phrase fétiche pour chaque entrevue « Votre famille le mérite, vous le méritez », puis comme second groupe les repreneurs dit « Repo Men ».

Les « Repo Men » sont craints par la plupart de la population, ce sont des assassins au sang-froid, des tueurs à la limite de la psychopathie payés légalement par une entreprise multinationale. La plupart de leurs interventions ne sont pas préparées à l’avance, ils ont un objectif : récupérer l’organe du créditeur. Après intervention, ils laissent à la mort la personne comme avertissement à ceux qui oserait ne plus payer. Ces avertissements peuvent être retrouvés chez votre voisin, dans votre bar préféré, sur le lieu de votre travail. Au fur et à mesure du film, nous nous immisçons dans leur intimité, on remarque qu’ils prennent leur métier à cœur. On les voit se rejoindre le soir dans un bar, raconter leurs interventions, leurs exploits, leurs défaites, ce sont des scènes où nous oublions qu’ils exécutent un travail tout à fait inhumain et on dirait que ce sont de simples routiers racontant leur voyage jusqu’à ce l’un d’entre eux sorte ce genre d’histoire : « Il y avait ce type la semaine dernière, dès qu’il m’a vu il s’est mis à pleurer comme une petite fille.»

Mais il y a surtout The Repreneurs, Rémy (Jude Law) et Jake (Forest whitaker), qui forment la meilleure équipe. Ce sont deux amis d’enfance, deux gros durs. Dans leur vie de tous les jours, Jake vit en solitaire et Rémy a une femme et un petit garçon. Mais celle-ci, Carol (Carice Van Houten), est loin d’approuver ce « métier » et aimerait qu’il soit vendeur.
Pour sa dernière « mission », Remy, en possession de matériel défaillant, va se retrouver dans le coma. A son réveil, il sera affublé d’un cœur artificiel fournis par sa propre compagnie

Après cela, il n’arrivera plus à jouer son rôle de repreneur ayant dorénavant un point commun avec ses victimes.
Dans l’impossibilité de rembourser son nouveau cœur, Rémy se retrouvera lui-même suivit par un Repreneur. Mais bien sur, l’histoire d’amour (si on peut appeler ça de l’amour) du film fera son apparition. Victime d’un black-out, Rémy tombera sous le charme de Beth (Alice Braga), une jeune femme qui possède dix organes artificiels non payés. S’en suivront des péripéties où ils t’enteront d’échapper à ce système qui veut leurs peaux. Cependant, leur relation est, selon moi, purement passionnelle, charnelle et voire même malsaine.

En conclusion, amateur de films de science fictions sanglants et violents, ce film est pour vous. Or, si vous êtes fans de happy end, ce film bouillant est à éviter !
Je le trouve bien pensé, le scénario est original et très adapté à notre monde. Mais je pense qu’il y a trop de scènes violentes, inutiles et que le sang est parfois trop présent… La seule chose qui soit un tantinet tendre c’est la musique, nous sommes bercés par des airs de « Cry me a River » interprété par Dinah Washington. La fin est tout de même un petit bijou, elle est totalement surprenante, je suis littéralement restée scotchée. La performance des acteurs, quant à elle, est à applaudir également. J’ai aimé voir Jude Law évoluer tout au long du film, passer du sadique au libérateur révolutionnaire d’un monde qui part en vrille. Quand à Jake, il fait froid dans le dos. J’ai rarement vu un personnage aussi peu scrupuleux et autant friand d’organes. Beth, elle, est magnifique, totalement artificielle mais tellement bluffante, donc on lui pardonne !

– Yasmine

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s